Libérons la créativité de nos enfants

Libérons la créativité de nos enfants - couvertureDans ce livre vous ne trouverez aucune image mais il est truffé de conseils et d’astuces pour, comme le titre l’indique, libérer la créativité des enfants, et cela dans différents domaines (arts, musique, chant, danse, bricolage, sciences, cuisine, nature, voyages, etc.)

La lecture de ce livre est très agréable, la mise en page est propre (édité aux éditions de la Martinière) et différents encarts dynamisent la lecture (Mon expérience de maman, Faites-le vous même, Mise en pratique).

Au cours de ma lecture, une multitude d’idées ont évidemment été ajoutées à ma liste de choses à faire, liste qui se rallonge encore et encore !
Libérons la créativité de nos enfants - extrait

Des idées en pagaille

J’ai par exemple envie de trouver le moyen de préparer à Petite Bulle un petit coin secret (une cabane, ou une tente) pour qu’elle puisse s’isoler dans un coin rien qu’à elle. J’aimerai aussi pouvoir disposer un panneau en liège quelque part pour qu’elle puisse elle-même accrocher ses dessins.

J’aimerai confectionner son propre livre de recette en imprimant et plastifiant des fiches de cuisine ludiques et attractives. Ou encore l’accompagner dans la réalisation de cartes de menus.

Enfin, j’aimerai aussi réaliser un jeu de cartes avec des œuvres d’art, de type chasse au trésor lors de notre prochaine visite au musée.

Des conseils précieux

Hormis les idées créatives, Marie Gervais nous livre une quantité de conseils utiles. Ceux sur le rangement m’ont beaucoup aidé. J’apprends doucement mais sûrement à savoir ranger pour mieux trouver et pour favoriser au maximum l’accessibilité au matériel. J’ai commencé à étiqueter les boîtes avec des photos de ce qu’on trouve à l’intérieur. J’ai également regroupé de manière attractive tout le matériel d’arts créatifs.

Marie Gervais nous rappelle aussi que ce n’est pas le résultat mais le processus qui intéresse l’enfant. Il est donc évident que le parent – ou l’accompagnant – doit se retenir de le guider et de le déranger trop souvent et doit se souvenir que le plus important, ce n’est pas ce à quoi ça devrait ressembler mais ce à quoi l’enfant veut que ça ressemble.

Pour ceux qui ont du mal à lâcher prise, elle nous conseille de répéter comme un mantra :

1. C’est lui qui décide QUAND il a fini
2. C’est lui qui décide CE qu’il veut dessiner / créer
3. C’est lui qui décide COMMENT il va dessiner / créer

Si le dessin ou la peinture nous plaît à un moment donné, plutôt que d’interrompre l’enfant dans sa création, une astuce utile est de photographier pour garder la trace d’un état du dessin / peinture.
Libérons la créativité de nos enfants - extrait

Par ailleurs elle nous conseille de ne pas trop nous précipiter pour analyser un dessin et de ne pas interposer la notion du Beau entre l’enfant et sa créativité. Pour cela, voici des conseils pour amorcer le dialogue (conseils issus d’un article Six façons d’entraîner les enfants à parler de leur création de Johnson & Johnson Grage) : inviter l’enfant à parler de son idée de départ, du processus de création, du matériel utilisé, mais aussi de sa sensibilité (ce qu’il a aimé faire ou préfère dans sa création), et sur l’après, par exemple en l’invitant à étudier un artiste ou une technique.

N’oublions pas que plus l’enfant est petit, moins il sait d’avance ce qu’il va dessiner : le dessin est d’abord un plaisir, celui de tracer.

Aussi, à force de leur dire quoi faire, comment le faire, nous leur transmettons le message inconscient que leurs idées et leurs propres créations n’ont aucune valeur. Ne pas autoriser à faire comme ils le sentent, c’est leur faire passer le message inconscient qu’ils le font « mal »…

De la théorie

Je découvre les stades de la représentation en dessin de Georges Henri Luquet (cela date des années 1920) : en grandissant, l’enfant va de moins en moins dessiner et de plus en plus représenter.

La première étape est celle du gribouillis. Jusqu’à environ 4 ans, l’enfant n’a aucune volonté de représenter. À la fin de cette période il va trouver des ressemblances avec le réel : il va alors commencer à ajouter des éléments « réalistes » (cheveux, yeux, mains).

Lors de la deuxième étape, vers 4/5 ans, l’enfant peut nommer et veut représenter, mais se heurte à son manque de maîtrise du geste et aussi à ses capacités encore limites de concentration (il y pense, mais oublie de le faire).

La troisième étape est celle du réalisme intellectuel. Vers 6/8 ans, l’enfant dessine une représentation mentale et non photographique, il dessine non plus l’objet tel qu’il est mais selon ce qu’il en sait.

Enfin, la dernière étape, autour de 9 ans, est celle du réalisme visuel. Il va désormais chercher à « photographier le réel », il représente selon les règles et les normes qu’il apprend du monde des adultes. Paradoxalement c’est la fin du dessin d’enfant.

Des références

On y trouve des références comme Arno Stern (cf. mon compte rendu de lecture de Heureux comme un enfant qui peint ici). On retrouve aussi le très bon livre de Lawrence T. Cohen, Qui veut jouer avec moi. La lecture de ce livre m’avait beaucoup aidé à envisager la communication avec Petite Bulle par le biais du jeu. Le jeu permet de renouer le contact, aide à évacuer ses angoisses, ses peurs, les émotions intériorisées et bloquées.

Quelques citations de Louise Poliquin, que je découvre, qui résonnent en moi :

«  Nous oublions que ce qui compte réellement, c’est l’implication de l’enfant au fur et à mesure qu’il explore, invente et parfois arrive à une création …/… Le résultat n’est qu’une étape du processus …/… Notre objectif n’est pas de faire des artistes, mais de donner aux enfants toutes les possibilités de découvrir ce qui les amène à la connaissance d’eux-mêmes, des autres et de leur environnement.  »

« Comme l’artiste qui, pour mettre au monde son œuvre utilise sa créativité, tout être humain qui prend sa vie en main et qui travaille à son épanouissement devient l’artisan de son moi en désir de grandir et de s’épanouir. La créativité c’est donc le FAIRE qui dérive de l’ÊTRE. C’est dans ce faire que nous apprenons et que nous renouvelons notre regard sur nous-même. De ce chemin sur la connaissance de soi dépend notre liberté profonde et notre adaptation à la vie.  »
(extraits de Notre fonction créatrice, un atout pour la vie)

Libérons la créativité de nos enfants - extrait

Encore des conseils

Pour éviter de crouler sous les dessins de nos enfants, on peut lui apprendre à faire le tri dans ses créations et l’inviter à décider du devenir d’un nouveau dessin (est-ce qu’on l’accroche ?) et d’un ancien (est-ce qu’on l’archive, est-ce qu’on le jette ?). On peut ainsi lui apprendre à argumenter, à construire et défendre un point de vue quant au choix à faire.

Encore des idées

Les chapitres consacrés aux arts manuels m’ont évidemment beaucoup intéressées. Mais d’autres domaines créatifs sont aussi très valables ! Petite Bulle est encore petite, nous nous mettrons aux sciences et au jardinage progressivement. En tout cas, j’ai hâte de pouvoir réaliser des briques ou prélever et collectionner les empreintes d’animaux (les recettes de ces DIY se trouvent dans le livre !)

La cuisine est également une activité très créative et la pratiquons au quotidien. Il est toujours bon de lire qu’en participant à la préparation d’un repas, les enfants découvrent le plaisir de faire et de partager. Et ils apprennent beaucoup : les gestes techniques, le partage des tâches… Ils ont l’occasion de comprendre que pour arriver au plat final il existe tout un processus avec des étapes à suivre dans l’ordre.

Le plus beau résumé

Marie Gervais a synthétisé dans ce livre toutes les possibilités créatrices avec les enfants. J’ai été époustouflé par cette somme de conseils et ne peux que vous recommander la lecture de ce livre. Si je devais n’en avoir qu’un dans ma bibliothèque de parent créatif, ce serait celui-ci.

Un très bon résumé de Marie à retenir à l’issue de ce livre : la table, le sol ET les enfants sont lavables !, pour le reste, il n’y a qu’à se lancer !

Libérons la créativité de nos enfants

Couverture Libérons la créativité de nos enfants

  • Auteur : Marie Gervais
  • 288 pages – 114,5 x 22 cm
  • Éditeur : La Martinière, 20135

Disponible très certainement en médiathèque,
en librairie ou ici sur internet.

Marie Gervais est l’auteure du blog www.education-creative.com mais aussi des excellents livres Pâtes créatives et La famille buissonnière que j’aimerai vous présenter prochainement.

Bonne découverte !

Sommaire de nos livres préférés

Note : Le lien vers amazon est affilié, cela me permet d’être rétribuée d’une petite partie du prix de vente du livre et faire vivre ce blog, le prix d’achat reste le même pour vous !
Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *